Lors de l’assemblée générale annuelle de l’Association qui a eu lieu en avril 2017, j’ai eu l’honneur de commencer officiellement mon mandat de président de l’Association canadienne de recherche sur le VIH. Au cours des deux prochaines années, je compte, de concert avec tous les membres de la collectivité canadienne du VIH, servir le mandat de l’ACRV, à savoir promouvoir l’excellence dans la recherche sur le VIH, favoriser un dialogue et une collaboration constructifs et encadrer la prochaine génération de chercheurs, tout en favorisant l’application pratique des connaissances.

Bien sûr, la pierre angulaire de l’ACRV demeure son congrès annuel, lieu de rassemblement de l’excellence de la recherche canadienne sur le VIH depuis plus d’un quart de siècle. Ce qui n’était qu’au départ qu’une petite réunion annuelle de scientifiques, il y a plus de 25 ans, est désormais le lieu de rencontre de plus de 800 fidèles au congrès, chercheurs de tous les piliers de la recherche, membres des collectivités affectées, étudiants, responsables de l’élaboration des politiques, délégués de l’étranger et autres parties intéressées.

Au-delà des chiffres et de la croissance de la plateforme de l’ACRV, ceux qui sont venus à Montréal pour le 26e Congrès annuel canadien de recherche sur le VIH ont appris que l’épidémie continue à changer de visage, frappant gravement les vies de populations différentes, surtout marginalisées. Et sur le plan de la recherche, nous avons continué à illustrer nombre des percées et progrès accomplis pour venir à bout de la maladie ­ des connaissances sur les complexités biomédicales du virus à l’élaboration d’approches cliniques avancées pour traiter le VIH, en passant par les stratégies nouvelles et diverses de réduction des risques pour les individus et les collectivités.

Et pourtant, même si tant a changé, la pertinence de l’ACRV et de son congrès annuel demeure aussi forte qu’il y a plus de 25 ans. Le Canada recense chaque année des milliers d’infections nouvelles et le nombre de personnes vivant avec le VIH au Canada augmente toujours. L’Agence de la santé publique du Canada estime que 70 000 personnes au Canada vivaient avec le VIH à la fin de 2011 et qu’il y a plus de 3 000 nouvelles infections par an. Globalement, plus de 36,9 millions de personnes, soit l’équivalent de la population du Canada, vivaient avec le VIH en 2014, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé. Qui plus est, le fait que nous affrontions encore nombre de défis sans solution, notamment les stigmates et la discrimination, indique qu’il nous reste encore beaucoup de travail à faire dans les années qui viennent.

Nous avons beaucoup accompli, mais il est évident qu’il reste encore bien plus à faire. Pour l’avenir, l’ACRV entamera des travaux importants sur un certain nombre de fronts qui continueront à renforcer l’organisme et à répondre à son mandat, notamment :

  • veiller à ce que le modèle du congrès de l’ACRV rende compte de l’évolution de l’épidémie;
  • tenir des ateliers pour les nouveaux chercheurs tout au long de l’année, afin de permettre aux aspirants chercheurs d’enrichir leurs connaissances grâce aux mentors, de profiter de séances sur la préparation des demandes de bourses et recevoir des mises à jour des subventionnaires;
  • offrir un soutien à l’ensemble de la collectivité du VIH par la tenue d’ateliers sur la recherche communautaire, le lancement d’autres travaux pratiques d’apprentissage en ligne dans divers domaines de la recherche, dont la recherche communautaire, et offrir des bourses aux personnes qui désirent assister au congrès annuel;
  • maintenir l’accent sur des communications ouvertes et transparentes avec ses membres.

 

Ce programme sera animé par le plan stratégique de l’ACRV, élaboré à la suite de réflexions et de discussions attentives du conseil d’administration de l’ACRV et de vastes consultations auprès de la collectivité de la recherche sur le VIH et de nos partenaires clés.

En regardant vers l’avenir, l’ACRV conservera sa pertinence, en comptant sur ce qui est devenu la marque de l’Association : l’enthousiasme de ses membres, un commun engagement et une grande disposition à apprendre les uns des autres. L’ACRV est votre organisme professionnel et à titre de président, je compte travailler avec vous au cours des deux prochaines années afin de représenter les intérêts des chercheurs canadiens sur le VIH.

 

Dr Curtis Cooper
Président
Association canadienne de recherche sur le VIH (ACRV)